Pêche aux écarteurs

Date : Mardi 30 octobre 2007 @ 20:47:14 :: Sujet :

Découvrir, partager sont avec certitude les sentiments essentiels qui m’animent.

L’expérience que je vais partager avec vous m’a permis à la fois de rencontrer «un personnage» et une technique dont j’ignorais tout.


Nous avions rendez-vous vers 7H un matin du mois de juillet à la ferme de Jean-Pierre pour une matinée de pêche sur son bateau basé au port de Sciez. Objectif: pêche du brochet aux écarteurs.

Quelques semaines plutôt Jean Pierre était passé me montrer sa prise du jour: un brochet de plus de 17 kg pris avec cette technique. Plus habitué à des Esox de moins de 2kg qu’à des pépères du genre, j’avoue avoir été impressionné.

Bref cette fois-ci nous y étions. Le voyage en voiture nous ayant permis de faire connaissance, arrivé au port nous étions déjà moins des inconnus.


Juste le temps de démarrer le moteur et de réaliser quelques manœuvres et nous voguions au milieu du golfe de Coudrée. Il faut dire que pour moi, habitué aux mensurations du lac d’Annecy, le Léman en impose, c’est vraiment autre chose, une petite mer.



Les déplacements se font avec un bon gros moteur de 40CV, mais le travail des traines est assuré par le ralenti sans failles d’un 6CV Honda 4 temps.



Pour ceux qui ne connaitraient pas la technique des écarteurs je vous conseille la lecture de l’excellent article de mon ami Gilles.



Sur le bateau de Jean Pierre c’est tout du «fait main», du pratique, du fonctionnel.


Les poissons nageurs sont sur le pont!


Première étape: Mise à l’eau de «la luge»



La luge est maintenu au bateau par une corde tressée puissante, un premier leurre du type poisson nageur est relié directement à la luge sur une ligne nylon de grosse section long d’une cinquantaine de mètres terminé juste au dessus du leurre par un bas de ligne recouvert d’acier, un petit drapeau servant de détecteur de touche. Le tout est mis à l’eau et à mesure que se déroule la corde, la luge s’écarte du bateau.



Seconde étape: la mise en place des lignes



Les lignes de nylon de forte section sont placées tous les cinq mètres mesurant cinquante mètre environ, le poisson nageur étant plus ou moins lesté cinq mètres en avant en fonction du besoin et de son type de nage. La ligne, comme il se doit se termine par un fil recouvert d'acier pour éviter les coups de dent.

Pour visualiser chacun des départs de ligne et le cas échéant la touche de petits fanions de tissus colorés sont placé à l'attache de la ligne.

A raison de 6 ou 7 leurres de chaque coté du bateau, l'ensemble est relativement encombrant. Un signal mis en évidence sur le bateau avertit les autres navigateurs.



La manœuvre au bateau consiste à rester le plus droit possible de manière à ce que les luges placées de part et d'autres du bateau puissent travailler convenablement et se situer à moins de 50 mètres à la hauteur du bateau.

La tolérance au vent est faible et donc un lac trop formé proscrit cette technique pour deux raisons : les luges travaillent mal et des bancs d'algues dérivant se "prennent" dans les lignes.



Il faut de temps à autre remonter les lignes pour vérifier que les poissons travaillent correctement.



Puis la touche étant visualisée, les lignes sont une nouvelle fois remisent au sec.




Et au bout du compte notre partenaire de jeu est au rendez-vous.

Merci à toi Jean Pierre pour se magnifique moment d'amitié.

Ah, j'oubliais la bêbête : 97 cm, 7kg...un petit quoi! :-)










Cet article provient de Passion Lac

L'URL pour cet article est : http://passion.lac.free.fr/article.php?sid=27